Qui suis-je ?

En bref...

Photo de Marie Alhomme

Je suis Marie, j'ai 42 ans, j'habite dans la Loire et avec mon mari nous avons deux enfants avec qui nous créons tous les jours des souvenirs.

J'ai pensé Cousettes Fantastiques pour tou.te.s celleux qui ont gardé des tissus sentimentaux pour leur symbolique mais n’en font rien et voudraient finalement leur donner une seconde vie et ainsi profiter pleinement à nouveau des souvenirs qu'ils contiennent.

J'attache une grande importance au détail et à l'innovation (dans la conception et dans la réalisation), au fait de ne pas gâcher (le tissu, les ressources, le temps) et de prendre soin des gens, de leur tissu et de leur temps, de respecter leurs histoires, besoins et envies.

Je vous propose donc de transformer par la couture ces étoffes en quelque chose d’utile et beau créé entièrement sur mesure pour vous.
Discutons ensemble de ce que vous possédez, ce dont vous avez besoin, envie, et je le réaliserai au plus proche de vos critères.
Vous pouvez me contacter sur la page Facebook ou par email sur marie@cousettes-fantastiques.fr


Je réalise aussi des pièces originales uniques et numérotées pour assouvir mon envie de tester de nouveaux patrons, pour vous proposer des choses nouvelles et belles et des associations de tissus/couleurs qui s’imposent à moi. J’essaye comme toujours d’utiliser des tissus qui ont un sens pour moi et/ou qui sont le plus respectueux possible de l'environnement.

Vous pouvez retrouver mes créations dans la rubrique dédiée sur ce site.

Parmi elles se trouvent parfois des "Parfaitement Imparfaits"...
Parce que personne n’est infaillible, et que je suis parfois trop exigeante mais toujours transparente...
Parce que je refuse de surconsommer des ressources (tissus, bouclerie, fil...), d'autant que certaines sont uniques ou rares...
Parce que mon temps de travail a de la valeur, même quand il ne me permet pas d'atteindre l'excellence...
Quand des pièces ont des défauts (le plus souvent presque invisibles, et quasi exclusivement esthétiques), elles ne sont pas refaites et sont vendues « telles quelles », avec un rabais : une occasion pour vous d’acquérir une belle pièce originale à un prix réduit, tout en participant à éviter le gâchis.

En détail

En 2016, j’achète une machine à coudre mais je m’en sers peu, elle me fait peur...

Une amie me montre comment m’en servir en 2017 mais même là je n’arrive pas à m’y mettre. Elle sort une ou deux fois pour recoudre le doudou de mon aîné (un grand carré :D ).

En 2019 je tombe enceinte, je me décide enfin : je vais faire une couverture de naissance pour mon deuxième bébé, j’ai besoin de l’accueillir beaucoup plus en conscience que je ne l’ai fait pour mon premier, et je demande donc des coupons à des copines et à ma mère.
Je suis super touchée par le soin qu’elles mettent à choisir les tissus qu’elles m’envoient et j’apprivoise la machine en douceur dans ce projet très personnel qui tisse le premier lien avec mon fils.
Mon premier est jaloux, je lui fait une couverture rien que pour lui. J'ai du mal car ma machine est une bas de gamme et j’ai eu les yeux plus gros que le ventre avec ce gros molleton de laine vierge... mais elle ne le quittera plus et se trouve en ce moment même sur son lit <3

Fin d'année, Bébé est là, je n’ai le temps de rien, je passe mes journées à porter un bébé à qui le frein lingual restrictif ne laisse que peu de répit… La Covid et le confinement arrivent, et c’est encore pire.
J'ai pourtant besoin d'être utile et je trouve un exutoire dans les masques que je fais moi-même car c’est à ma portée et que je n’ai pas envie de plastique sur nos visages. J'apprécie chercher le patron parfait, je creuse, je m’améliore, je découvre que je prends un plaisir certain à toute cette démarche.

Les mois passent, je continue à être focalisée sur le portage et pas grand chose d’autre, je ne peux pas vraiment travailler en journée car mon plus petit ne dort que peu et que sur moi. Je marche…
Un nouveau Noël approche à grand pas et sans cesse revient cette idée que je peux faire des choses avec des tissus qui me tiennent à coeur et me plaisent au lieu de les acheter : une manique et un coussin pour un ami, une peluche pour sa fille (c’était avant de penser aux normes), un doudou pour une amie, un tablier pour nounou, un caraco et un foulchie pour une amie… on ne m’arrête plus.

Les projets sont de plus en plus ambitieux, très vite. En quelques semaines je passe aux sacs (pour moi, pour mes fils (école et nounou), etc.), aux chaussons, à quelques vêtements… je découvre que non seulement ça me plait mais que j’ai en plus une véritable facilité. J’y retrouve le sens du détail et de la précision, le défi intellectuel, de mon ancien métier (le web) mais enrichi d’une dose de sensorialité et d'un vrai sens qui me manquaient terriblement depuis 20 ans que je l'exerçais.

Je réalise aussi à quel point c’est une activité consommatrice de ressources et je décide de ne pas la faire « n’importe comment », l’industrie textile est assez polluante sans que je m’y ajoute. Je choisis donc de privilégier les matières premières bio, en circuit court quand je peux, et les tissus "symboliques" (chinés ou choisis dans mon environnement immédiat).
Je connaissais déjà les conversions d’écharpe de portage, ça me semble une première évidence, puis j’élargis aux tissus qui ont du sens pour moi, ma famille et mes destinataires : coussins de la chambre du grand quand il était petit, tissus donnés par des ami.e.s, chutes de ma robe de mariée…

Devant l’ampleur prise par ma passion, et les demandes qui affluent, je m'équipe « sérieusement » et mon mari me propose de me lancer « pour de vrai » puisque ça fait des années que je n’ai plus envie de faire du web mais que je ne trouve rien dans lequel je m’investisse avec autant d’ardeur. On se donne 3 ans pour atteindre une certaine rentabilité, on est début 2021.
J’affine mon projet : je veux sublimer des tissus aimés, et je me lance officiellement. Les projets s’enchaînent, les idées fusent, j'ai envie de faire des choses inédites, j’expérimente, et vous êtes au rendez-vous.

Alors depuis je continue de chercher à m’améliorer, à encore mieux définir pourquoi et comment je propose mes services. Je me trompe parfois (de cible, de façon de vendre, de domaine de compétence), mais je « savoure » nos échanges et les opportunités que vous m'offrez alors je continue, avec vous pour me porter.


Écologie ?

Je mets un point d'honneur à avoir une démarche aussi respectueuse que possible de l'environnement :